Catégories
Banques, mutuelle et assurances

Signer un prêt immobilier à taux fixe de 30 ans n’est pas pour vous

Le prêt immobilier à taux fixe sur 30 ans fait figure d’étalon-or pour les acheteurs depuis 1954, date à laquelle la Federal Housing Administration l’a largement adopté. Alors pourquoi est-ce le prêt immobilier de prédilection de la plupart des gens ?

Qu’est-ce qu’un prêt immobilier à taux fixe sur 30 ans de toute façon ?

Ça se résume à l’abordabilité et à la prévisibilité. Avec ce type de prêt, les paiements sont effectués sur une plus longue période (contrairement à un prêt immobilier à taux fixe de 15 ans), de sorte que votre facture mensuelle sera moins élevée. De plus, le capital et les intérêts que vous devez payer chaque mois sont fixes, ce qui signifie que vous n’aurez jamais le choc de l’autocollant lorsque vous ouvrirez votre facture.

Mais pour les acheteurs potentiels d’une maison sur le marché actuel, il est important de comprendre qu’un prêt immobilier à taux fixe sur 30 ans n’est pas toujours la meilleure option.

« Il n’y a pas de prêt immobilier unique ».

De nombreux facteurs entrent en jeu pour déterminer le type de prêt qui vous convient, notamment votre cote de crédit, vos revenus, le montant de votre acompte et, bien sûr, la taille du prêt dont vous avez besoin.

Alors, quels sont les facteurs qui vous amènent à décider qu’un prêt immobilier à taux fixe de 30 ans n’est peut-être pas le prêt qu’il vous faut ?

Signe n° 1 : vous prévoyez de déménager à nouveau dans un an

Tout l’intérêt d’un prêt immobilier à taux fixe de 30 ans est d’étaler vos paiements sur le long terme, alors si vous risquez de déménager dans quelques années, à quoi bon ?

Il y a des exceptions, mais trois ans est une règle empirique commune pour savoir combien de temps vous devez posséder une maison afin de récupérer votre investissement en la vendant. Certains experts en logement suggèrent que cinq ans aient un minimum plus précis.

La morale de l’histoire ? Si vous prévoyez de vendre dans un délai d’un an, vous avez probablement intérêt à louer pendant un an plutôt que d’acheter.

Signe n° 2 : vous n’avez pas une mise de fonds de 20 %

Dans la plupart des cas, l’obtention d’un prêt immobilier à taux fixe sur 30 ans vous obligera à effectuer un versement initial de 20 %. Sur une maison de 300 000 euros, cela représente 60 000 euros. C’est une grosse somme d’argent ! Donc, si vous ne l’avez pas sous la main, un prêt à taux fixe de 30 ans pourrait ne pas être dans les cartes.

Cela ne signifie pas que vous devez absolument mettre 20 % d’acompte pour obtenir un prêt à taux fixe sur 30 ans. Obtenir une approbation pour ce type de prêt immobilier sera juste plus difficile, et vous devrez probablement payer une assurance crédit privée. La PMI est une assurance qui protège les prêteurs au cas où vous ne rembourseriez pas le prêt. (Historiquement, les acheteurs qui ont moins d’argent investi dans une propriété sont plus susceptibles de saisir une maison.)

La PMI est une assurance qui protège les prêteurs en cas de défaut de paiement.

Donc, si vous n’avez que suffisamment d’argent pour, disons, un acompte de 10 %, vous feriez mieux d’obtenir un prêt immobilier à taux variable, puisque 10 % d’acompte est le seuil généralement requis pour ce type de prêt. Pendant ce temps, un prêt FHA permet aux emprunteurs de faire un acompte de seulement 3,5 %.

prêt immobilier

Signe n° 3 : vous avez besoin de liquidités maintenant

Disons que vous avez effectivement assez d’argent pour effectuer un versement initial de 20 % sur une maison, mais que vous ne voulez pas mettre tous vos œufs dans ce panier. Peut-être voulez-vous placer l’argent dans un 401(k). Ou peut-être avez-vous besoin de liquidités pour un autre objectif, comme la création d’une entreprise. Ce pourrait être des raisons d’éviter le fixe de 30 ans et son acompte de 20 % et d’envisager de mettre 10 % dans un prêt immobilier à taux variable à la place.

« Un ARM à taux d’intérêt unique est un excellent moyen d’augmenter votre flux de trésorerie ». Pendant la période initiale, vous payez les intérêts du prêt, mais pas le principal, ce qui laisse encore plus d’argent libre pour d’autres entreprises.

Mais voilà le hic : « Un ARM à intérêts seulement n’est disponible que pour les personnes ayant un excellent score de crédit ». Mais si vous êtes admissible, cela peut être une aubaine si vous voulez avoir la liberté d’investir vo ailleurs.

Signe n° 4 : vous voulez augmenter rapidement la valeur nette de votre maison

Une période d’amortissement de 30 ans est le type de prêt à taux fixe le plus courant, mais de nombreux acheteurs de maison choisissent également d’obtenir un prêt de 15 ans. Pourquoi ? Une durée de prêt plus courte vous permettra de constituer une valeur nette plus rapidement. Gardez cependant à l’esprit que vos mensualités de prêt immobilier seront plus élevées avec une durée de prêt plus courte.

Selon vos projets de vie (par exemple, si vous prévoyez de vendre la maison dans 10 ans), le fait d’acquérir plus de capitaux propres dans une période plus courte pourrait faire d’un prêt à taux fixe de 15 ans une meilleure option pour vous qu’un prêt de 30 ans. De plus, les prêts à taux fixe sur 15 ans offrent des taux d’intérêt plus bas que les prêts sur 30 ans, ce qui signifie que vous économiserez de l’argent sur toute la durée du prêt immobilier.

Signe n° 5 : vous prévoyez de prendre votre retraite bientôt

Se libérer de toute dette à la retraite est une priorité – ou du moins un objectif – pour de nombreux baby-boomers. Ainsi, si vos années dorées sont en vue, contracter une hypothèque de 30 ans sur une maison maintenant pourrait ne pas s’accorder avec vos plans de retraite. Un ARM de trois ou cinq ans pourrait être plus logique, surtout si vous prévoyez de vendre la propriété dans quelques années et de vivre comme un locataire à la retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *