Euroweb Info
Image default

Comment l’argent peut changer les gens et affecter leur comportement

Passer des haillons à la richesse est essentiellement le rêve américain. Que cela se produise par le biais d’un emploi mieux rémunéré ou en gagnant à la loterie, certaines études suggèrent que l’argent peut changer votre comportement – et pas toujours pour le mieux. Bien sûr, il existe de nombreuses personnes riches, charitables, serviables et généreuses. Cependant, les résultats de certaines études ont prouvé qu’ils pouvaient être l’exception plutôt que la règle.

Vos pensées, votre comportement et vos actions sont tous liés à votre psychologie, qui est composée d’une foule de facteurs allant de votre constitution génétique à la façon dont vous avez été élevé. Si l’argent ne façonne pas exactement votre système de croyances, il peut influencer la façon dont vous pensez et agissez envers les autres. Mieux comprendre l’influence que l’argent – ou le manque d’argent – peut avoir sur votre comportement peut vous rendre plus conscient du moment où il pourrait tirer vos ficelles et, espérons-le, vous aider à apprendre à l’arrêter.

Les façons dont l’argent affecte le comportement

De vos relations à la façon dont vous vous percevez, l’argent peut avoir une sérieuse influence sur vos croyances. De nombreuses preuves scientifiques appuient l’idée que l’argent peut véritablement changer les gens

Il y a de nombreuses preuves scientifiques derrière l’idée que l’argent peut véritablement changer les gens.

1. Valeur sociale et commerciale

Une étude de 2004 a prouvé que l’argent modifie la façon dont vous valorisez votre temps et vos efforts. Les chercheurs James Heyman et Dan Ariely ont créé une expérience par laquelle ils pouvaient mesurer la motivation d’une personne à accomplir une tâche en fonction de l’argent. Ils ont demandé à des sujets de faire glisser des cercles sur un écran d’ordinateur. Un groupe a été invité à le faire en guise de « faveur ». Après avoir chronométré les sujets, il s’est avéré que c’est le groupe à qui l’on avait demandé d’effectuer la tâche en guise de faveur qui l’a fait le plus rapidement. Le groupe suivant était celui des 5 euros et le dernier celui des 0,50 euros.

Heyman et Ariely ont supposé qu’il existe deux motivations pour accomplir une tâche donnée. La première est d’ordre social. En reconnaissant la valeur sociale d’une tâche, nous la considérons comme un investissement de temps digne et une partie de notre devoir social, et nous sommes généralement heureux d’aider. Toutefois, lorsque l’argent est proposé comme motivation, nous commençons à penser moins à l’aspect social et plus à la valeur commerciale. Par conséquent, nous mesurons notre temps par rapport à la récompense monétaire, ce qui peut expliquer pourquoi le groupe à 0,50 euros était le plus lent – ils ont tout simplement pensé que leur temps et leurs efforts valaient plus d’argent.

Il est clair de voir que l’argent peut être un facteur de motivation lorsqu’il s’agit de déterminer la valeur. Alors que faire quelque chose gratuitement comme une faveur a une connotation positive, cette partie du cerveau est effectivement désactivée lorsque l’argent est introduit. Cela peut avoir de sérieuses répercussions sur votre vie professionnelle. Si vous avez l’impression que vous méritez plus d’argent, vous risquez de sous-performer en conséquence.

2. Autosuffisance et service

Ceux qui sont conscients de l’argent s’efforcent généralement d’être plus autosuffisants que ceux pour qui l’argent n’est pas une priorité – c’est du moins ce qu’a révélé une étude de la Yale School of Management de 2009. L’étude était structurée autour de l’argent du Monopoly. Un groupe de sujets est entré dans une pièce où se trouvaient plusieurs rappels de l’argent, comme des billets de Monopoly sur la table, des déclarations sur l’argent et même des conversations financières. Le second groupe de sujets est entré dans une pièce où l’argent n’était pas mentionné, et les deux ont reçu un test.

Lorsqu’on leur a confié une tâche très difficile, voire impossible, avec des instructions indiquant qu’une aide était disponible, c’est le groupe lié à l’argent qui a semblé le plus décidé à accomplir la tâche seul, même lorsqu’il n’était pas possible de la terminer en solo. Le groupe sans argent, en revanche, avait tendance à demander de l’aide. L’étude a conclu que les personnes soucieuses de l’argent sont plus autonomes que leurs pairs, en particulier lorsque l’argent est mis au centre de l’attention

L’étude de Yale s’est poursuivie par une analyse de la situation de l’argent.

L’étude de Yale a continué à mesurer comment l’argent affectait le comportement d’une personne en utilisant les mêmes groupes pour illustrer la compassion et le service à la fois chez les sujets conscients de l’argent et chez les sujets dans un environnement sans argent. Lorsqu’une personne apparemment indifférente a croisé leur chemin avec une brassée de chemises et de crayons, puis les a fait tomber, c’est le groupe qui n’était pas sensibilisé à l’argent qui a été le plus serviable. Le groupe conscient de l’argent était à la fois moins susceptible de proposer et de demander de l’aide pour une tâche.

l'argent

3. Vision de soi

Le montant que vous gagnez pourrait avoir un effet sur la façon dont vous vous percevez et percevez les autres. Une étude publiée a demandé à des personnes d’évaluer des éléments tels que la classe sociale, la génétique et même le QI. Lorsque les résultats ont été analysés, ils ont été définis comme le sentiment d’un individu de « l’essentialisme de classe » – l’idée que les différences entre les classes sont basées sur l’identité et la génétique, plutôt que sur les circonstances

Les personnes interrogées les plus riches étaient les plus riches.

Les répondants les plus riches étaient ceux qui avaient le sens le plus profond de l’essentialisme de classe. Les personnes pauvres avaient tendance à croire que la classe sociale n’était pas liée aux gènes – qu’essentiellement, tout le monde peut être riche et tout le monde peut être pauvre. Les personnes riches, en revanche, étaient plus susceptibles de croire que la richesse faisait partie des gènes et de l’identité – qu’elles avaient droit à la richesse en fonction de leur situation personnelle et de leurs actions. Les personnes interrogées riches croyaient également que, plus ou moins, la vie est juste et que les gens obtiennent la plupart du temps ce qu’ils méritent.

4. L’éthique

Lorsque vous faites vos impôts, les déclarez-vous parfaitement, ou pensez-vous qu’il est acceptable de truquer un peu les chiffres ? Une étude publiée  » s’est demandé si la richesse et la perception d’une classe supérieure pouvaient augmenter l’implication d’un individu dans un comportement non éthique.

Qu’il s’agisse de couper la route à un autre véhicule à un stop, de tricher à un jeu ou de prendre plus de bonbons que ceux offerts, les sujets les plus riches étaient ceux qui étaient les plus susceptibles d’enfreindre les règles, même lorsqu’un chercheur indiquait que prendre plus de bonbons en entraînerait moins pour les enfants. Les auteurs de l’étude, Paul K. Piff et al, ont noté que ceux qui se percevaient comme appartenant à une classe supérieure étaient les plus susceptibles d’adopter un comportement contraire à l’éthique, en particulier lorsqu’un symbole de richesse était introduit, comme le fait de couper la route à un piéton lorsqu’on est à bord d’une voiture de luxe, par exemple

Les auteurs de l’étude ont qualifié le fait d’enfreindre les règles de l’éthique de « comportement non éthique ».

L’étude a qualifié ce comportement de « maximisation de l’intérêt personnel », une idée qui suggère que ceux qui ont le plus d’argent ou qui occupent des classes supérieures sont plus susceptibles d’adopter une attitude « qu’est-ce que j’y gagne ? ». Ils travaillent activement à obtenir le plus grand bénéfice pour eux-mêmes. L’étude souligne que ces personnes font d’excellents chefs d’entreprise, car elles travaillent souvent le plus dur pour obtenir le maximum d’un contrat ou d’un emploi.

5. La dépendance

De nombreuses dépendances commencent parce qu’une personne obtient une réponse positive d’un certain type de comportement. Qu’il s’agisse d’un sentiment de bonheur que vous ressentez en faisant du shopping ou d’un frisson que vous procure le jeu, le fait de rechercher activement ce comportement encore et encore pour obtenir le même résultat peut déclencher une dépendance. C’est ce qu’on appelle une « addiction comportementale ou de processus » – un comportement compulsif qui n’est pas motivé par la dépendance à une substance addictive, mais plutôt par un processus qui conduit à un résultat apparemment positif.

Gagner de l’argent peut être très addictif pour certains individus. Ce high d’un gros chèque ou d’un compte d’épargne bien garni peut devenir le seul but de la vie d’un chercheur de richesse, comme le met en garde un psychologue clinique. Elle prévient que le sentiment positif qui suit l’obtention d’argent peut provoquer une réaction chimique dans le cerveau qui se sent bien. En retour, cela peut entraîner une grave préoccupation pour l’argent et mettre à mal les relations en dehors de celles qui sont liées au fait de gagner plus.

Mot final

Il importe peu que vous soyez né riche ou que vous gagniez à la loterie, l’argent peut affecter votre façon d’agir – et certains de ces effets peuvent être intrinsèquement négatifs. Néanmoins, en étant conscient des pièges sociaux de la richesse – tels que le manque de compassion, les conflits entre les classes sociales, l’isolement et la détérioration de l’éthique – vous pouvez vous protéger contre certains des aspects négatifs de l’argent. S’engager à faire du bénévolat, donner des fonds à l’organisme de bienfaisance de votre choix et élargir votre cercle social pour inclure des amis de différents niveaux de revenus peuvent tous vous aider à faire quelque chose de positif avec votre argent et à en tirer le meilleur parti

Les personnes qui ont de l’argent ne sont pas les seules à en avoir.

Bien qu’il y ait une abondance de preuves que l’argent change effectivement les gens, votre kilométrage peut varier. Il existe un certain nombre de facteurs socio-économiques qui pourraient fausser les résultats de l’étude, notamment l’âge, la race, le niveau d’éducation, l’emplacement et les attitudes personnelles envers l’argent. Il est vrai que le fait d’être considéré comme « riche » peut changer votre façon de penser, mais cela ne peut pas changer votre génétique, votre identité, votre propension à travailler dur ou votre histoire familiale. En fin de compte, vos idéaux et vos valeurs déterminent probablement plus de choses sur vous que la taille de votre chèque de paie

L’argent est un élément essentiel de la vie.

Pensez-vous que l’argent change les gens ?

Des achats intelligents pour économiser sur les produits de soins et beauté

Myriam Saussier

12 choses à ne pas faire pour gagner du temps et de l’argent

Denis Béraubé

Comment utiliser une désintoxication numérique pour remettre vos dépenses à zéro et économiser de l’argent

Denis Béraubé

Laissez une réponse à