Catégories
Commerce de gros et fabrication

Différences culturelles dans le commerce international

Les différences culturelles dans les entreprises internationales doivent être correctement comprises, afin d’aider un entrepreneur à tisser les liens commerciaux nécessaires en observant une étiquette commerciale correcte.

Démarrer une entreprise en dehors des frontières géographiques d’un pays nécessite d’évaluer un certain nombre de facteurs. L’élaboration d’un plan d’affaires, l’évaluation de la demande et de l’offre, la demande de prêts et de subventions, l’obtention de permis et de licences et le choix de l’emplacement de l’entreprise sont des questions importantes qui préoccupent l’entrepreneur. Très souvent, un entrepreneur ne se concentre que sur les aspects techniques et ignore les aspects culturels d’une entreprise.

Un bon plan d’affaires ne sert à rien, sauf si les gens croient en la réussite du plan et sont prêts à faire des affaires avec l’entrepreneur. C’est à ce moment que les différences culturelles prennent de l’importance. Un entrepreneur qui n’est pas conscient des différences culturelles dans le commerce international aura excessivement de mal à communiquer avec les fournisseurs et les acheteurs potentiels et à favoriser les relations, qui sont nécessaires à toute entreprise.

La relation est un élément essentiel de la réussite d’une entreprise.

Relation entre les différences culturelles et le commerce international

Rôle du gouvernement et de la bureaucratie

C’est un facteur important qui est souvent négligé par les entrepreneurs , qui s’attendent à une intervention minimale du gouvernement dans les affaires du secteur privé. En général, dans les pays en développement, le gouvernement joue un rôle important et, par conséquent, l’entreprise privée doit faire face à la paperasserie et à la bureaucratie. En fait, même dans le cas de quelques pays industrialisés, le gouvernement et l’entreprise privée entretiennent des liens étroits. Par exemple, en France, il est courant que des fonctionnaires retraités occupent des postes à responsabilité dans une entreprise privée. Dans le cas des pays d’Amérique du Sud, la complexité administrative et la bureaucratie sont des problèmes courants rencontrés par un entrepreneur.

Réunions d’affaires

La durée des réunions d’affaires est généralement longue dans les pays asiatiques. Alors les réunions sont courtes et vont droit au but. La plupart des décisions d’affaires dans les pays asiatiques et sud sont prises après de nombreuses délibérations. Malgré cela, il est rare que l’on établisse un calendrier strict. Au Japon, l’éthique des affaires exige la ponctualité, tandis qu’en Allemagne, il est important d’être bien préparé et de bien connaître les faits. Il faut éviter de fixer les réunions longtemps à l’avance dans le cas des pays d’Amérique du Sud, car les changements d’horaires sont fréquents. Encore une fois, les entreprises françaises s’appuient sur des plans à long terme ; tandis que les entreprises préfèrent les plans à court terme.

entreprise et cultureCommunication

Dans certains pays, la communication écrite est importante ; tandis que d’autres donnent la préférence à la communication verbale. En Argentine et au Brésil, la communication verbale est très importante. En France et en Allemagne, la communication écrite est souhaitée. Les Français accordent une grande importance à une communication grammaticalement correcte ; tandis que les Allemands s’attendent à ce que la communication commerciale soit précise. L’humour est souvent utilisé dans la communication de bureau en Australie, contrairement à l’Allemagne, au Japon et à la Chine., une modestie excessive n’est ni appréciée ni souhaitée ; mais dans le cas des pays asiatiques, la modestie est essentielle. La diplomatie est la clé d’une bonne communication en Grande-Bretagne.

Séniorité, méritocratie et prise de décision

L’ancienneté a une grande importance dans les pays asiatiques ; tandis que la méritocratie est importante dans des pays comme les USA, l’Australie et l’Allemagne. En France, une combinaison d’ancienneté et de méritocratie détermine les promotions et l’importance de l’individu dans l’organisation. Il ne faut pas croire que la personne la plus ancienne a le pouvoir de prendre des décisions commerciales. Cela est particulièrement vrai dans le cas des pays d’Amérique du Sud, où les règles de prise de décision ne sont pas strictement définies. Même dans un pays industrialisé comme la Grande-Bretagne, bien souvent, l’autorité et la responsabilité peuvent être floues, car les descriptions de poste ne sont pas précises.

Cadeaux et faveurs personnelles

Les cadeaux et les faveurs sont courants, dans le cas des pays asiatiques ; contrairement, où il existe des règles strictes concernant l’échange de faveurs au sein d’une organisation. Alors qu’ils les estiment que les cadeaux et les faveurs affectent la capacité de prise de décision impartiale, dans les pays asiatiques, l’échange de faveurs fait partie du mode de vie.

Apprécier les différences culturelles et fournir un effort conscient pour s’adapter aux manières d’un pays est nécessaire pour toute entreprise florissante. Même des pratiques apparemment sans importance dans certains pays, pourraient revêtir une grande importance dans d’autres. Par exemple, dans certains pays, le fait de s’intéresser de trop près aux affaires personnelles des subordonnés peut être considéré comme impoli, alors que dans quelques pays asiatiques, cela est attendu, et les employés peuvent désapprouver si l’employeur maintient une relation strictement formelle. Bien sûr, on ne peut espérer maîtriser la minutie des différences culturelles, mais on peut espérer que des excuses sincères contribueront grandement à aplanir les bosses sur le chemin de l’orientation culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *