Euroweb Info
Image default

Gestion du coût d’un salarié en arrêt maladie pour l’employeur : les bonnes pratiques

Lorsqu’un salarié est en arrêt maladie, cela peut représenter un coût important pour l’employeur. Il est donc essentiel de mettre en place des bonnes pratiques pour mieux gérer ces situations. Dans cet article, nous aborderons les éléments clés à prendre en compte pour limiter l’impact financier de ces absences, tout en préservant le bien-être de vos collaborateurs.

Comprendre les obligations légales et les indemnisations

Avant de mettre en place des actions pour réduire les coûts liés aux arrêts maladie, il est important de bien comprendre les obligations légales et les indemnités versées aux salariés concernés.

En France, un salarié en arrêt maladie a droit à des indemnités journalières de la Sécurité sociale (IJSS) à partir du 4e jour d’arrêt. L’employeur doit également verser un complément de salaire, appelé maintien de salaire, à partir du 8e jour d’arrêt pour les salariés ayant au moins un an d’ancienneté. Ce maintien de salaire est obligatoire pendant une durée minimale de 30 jours, et peut être prolongé en fonction de l’ancienneté du salarié.

Il est important de noter que certaines conventions collectives prévoient des conditions plus favorables pour les salariés, avec par exemple un maintien intégral du salaire dès le premier jour d’arrêt. N’hésitez pas à consulter la convention collective de votre entreprise pour connaître les dispositions qui s’appliquent à votre situation.

Mettre en place une politique de prévention des risques professionnels

L’une des meilleures manières de réduire les coûts liés aux arrêts maladie est de mettre en place une politique de prévention des risques professionnels. Cela permet de limiter les accidents du travail et les maladies professionnelles, qui sont des causes majeures d’absentéisme.

Pour cela, vous pouvez notamment :

  • Évaluer les risques présents dans votre entreprise, en prenant en compte l’ensemble des activités et des postes de travail. Cela peut être réalisé avec l’aide d’un expert en santé et sécurité au travail.
  • Mettre en place des actions de prévention adaptées à ces risques, comme par exemple des formations à la manutention, l’aménagement ergonomique des postes de travail ou encore des séances d’information sur les gestes et postures à adopter.
  • Impliquer l’ensemble des acteurs de l’entreprise dans cette démarche de prévention, en favorisant la communication et la collaboration entre les différents services, et en sollicitant l’avis des représentants du personnel.
A lire :   Abandon de poste pour travailler ailleurs, que faire contre le salarié ?

coût salarié

Favoriser le maintien dans l’emploi et le retour au travail

Afin de limiter la durée des arrêts maladie et d’en réduire les coûts pour l’employeur, il est important de favoriser le maintien dans l’emploi et le retour au travail des salariés concernés. Voici quelques pistes à explorer :

  • Proposer des aménagements de poste temporaires ou définitifs, en fonction des besoins et des capacités du salarié. Cela peut concerner les horaires, les missions ou encore les conditions de travail.
  • Soutenir les salariés dans leur réadaptation professionnelle, en proposant par exemple des formations adaptées à leurs nouveaux besoins ou en les accompagnant dans leur recherche de solutions pour concilier leur état de santé et leur activité professionnelle.
  • Faciliter la communication entre le salarié en arrêt maladie, sa hiérarchie et ses collègues, afin de maintenir le lien social et de préparer au mieux son retour au travail.

Suivre et analyser les données relatives aux arrêts maladie

Enfin, il est essentiel de disposer d’indicateurs de suivi pour mesurer l’efficacité des actions mises en place et adapter votre politique de gestion des arrêts maladie en fonction des résultats obtenus. Voici quelques exemples d’indicateurs à suivre :

  • Le taux d’absentéisme pour cause de maladie, qui représente le nombre de jours d’absence pour maladie par rapport au nombre total de jours travaillés.
  • Le coût des indemnités versées aux salariés en arrêt maladie, incluant les indemnités journalières de la Sécurité sociale et les compléments de salaire versés par l’employeur.
  • Le taux de retour au travail après un arrêt maladie, qui permet de mesurer l’efficacité des actions de maintien dans l’emploi et de retour au travail.

La gestion du coût d’un salarié en arrêt maladie pour l’employeur est un enjeu majeur pour les entreprises. En mettant en place des bonnes pratiques telles que la prévention des risques professionnels, le maintien dans l’emploi, le suivi des données et l’adaptation des actions en fonction des résultats, vous pourrez réduire l’impact financier de ces absences tout en préservant le bien-être de vos collaborateurs.

Que mettre dans une lettre de démission remise en main propre

Denis Béraubé

MavieRH : fonctionnalités du portail Ma Vie RH pour les postiers

Denis Béraubé

10 différents types de harcèlement sur le lieu de travail

Emmanuelle La Ramée

Laissez une réponse à