Euroweb Info
Image default

Comment installer les panneaux d’information temporaire de type KC1 pour une visibilité optimale ?

Que l’on soit responsable de la sécurité des personnes dans une entreprise, un service public ou sur la voirie, l’information reste l’un des principaux moyens d’éviter les catastrophes dans des lieux fréquentés. Et au centre des dispositifs utilisés, on trouve évidemment les panneaux d’information temporaire de type KC1. En intérieur ou en extérieur, ils apporteront de précieux éléments aux usagers, afin que ces derniers puissent modifier leur comportement habituel en fonction des événements. Encore faut-il que ces panneaux KC1 soient installés de manière à être suffisamment visibles.

Qu’est-ce qu’un panneau d’information temporaire de type KC1 ?

Avant de mener une réflexion pour savoir où le placer, il est essentiel de bien comprendre la fonction d’un panneau d’information temporaire de type KC1, histoire de pas commettre d’erreur manifeste. Il s’agit d’un support portant des informations écrites en noir, sur fond jaune. Ces panneaux ne portent jamais de symbole. Le plus souvent, deux mots y sont inscrits, parfois trois.

Ces mots, vous les connaissez pour les avoir déjà croisés lors de trajet en voiture. Il peut par exemple s’agir des mentions « route barrée, « circulation alternée » ou « chantier mobile ». Les panneaux d’information temporaire KC1, distribués par des spécialistes tels que Signals, sont donc indispensables pour réguler les actions individuelles en l’absence de personnel présent pour expliquer ce qu’il convient de faire.

Dans quel ordre installer les panneaux KC1 pour obtenir une visibilité optimale ?

Alors que les panneaux AK et BK utilisent les symboles afin de s’adresser à la partie de votre cerveau qui gère vos réflexes, le support KC1 s’adresse à votre raison : vous avez modifié votre comportement, il s’agit maintenant de vous donner plus d’informations pour que vous puissiez comprendre pourquoi, et ainsi finir de vous adapter. Aussi, installer un tel panneau d’information temporaire de manière à obtenir une visibilité optimale suppose obligatoirement de le placer à la suite de ces deux autres types de support.

En effet, il faut que votre cerveau soit prêt à recueillir des informations sur une situation pour que ces quelques mots fassent du sens. Inversez l’ordre des panneaux, c’est comme inverser l’ordre des mots dans une phrase. Aussi, pour organiser les conditions d’une sécurité routière efficace, on agit toujours en utilisant le même processus : faire réagir d’abord, expliquer ensuite.

A lire :   Les équipements indispensables pour une cuisine professionnelle

installer panneaux kc1

Les différentes règles à observer pour placer correctement ses panneaux KC1

Par la suite, les règles à observer pour installer correctement vos panneaux d’information temporaire de type KC1 dépendent étroitement du lieu dans lequel vous officiez en tant que responsable de la sécurité des individus. S’il s’agit de la voie publique et que vous cherchez à communiquer avec des automobilistes, il vous faudra prendre en compte leur temps de réaction en la rapportant à la vitesse autorisée en dehors de toute situation particulière.

Vous placerez alors vos panneaux AK ou BK, puis vos panneaux KC1 à une distance respectable, au-delà de laquelle vous estimerez que les individus sont en mesure de traiter l’information que vous voulez faire passer. Mais dans un parking, en intérieur ou si vous vous adressez à des piétons, il sera bien sûr possible de placer des panneaux à proximité immédiate des autres supports. Enfin, dernier conseil général en matière de sécurité : veillez bien à installer votre affichage dans une ligne suffisamment droite, afin que les informations puissent être obtenues assez tôt pour pouvoir faire face à l’événement.

Mypixid : créer un compte comme intérimaire

Myriam Saussier

Comment mieux gérer les coûts d’impression pour votre entreprise

Myriam Saussier

Rédiger un rapport de séminaire de manière professionnelle : les 4 étapes à suivre

Myriam Saussier

Laissez une réponse à