Euroweb Info
Image default

Choix d’une assurance maladie : cessez de commettre ces 5 erreurs courantes !

Il y a certaines erreurs et maladresses courantes que nous commettons en souscrivant une bonne assurance maladie. En termes simples, la méconnaissance du secteur de l’assurance, de ses termes et de pas mal de concepts mal compris nous conduisent à commettre ces erreurs. Puisqu’il ne sert à rien de pleurer sur le lait, prendre les soins appropriés plutôt que de se repentir est, par conséquent, la meilleure mesure.

Dans la liste des besoins fondamentaux d’un être humain, une bonne assurance maladie solide comme un roc est un ajout récent mais indispensable. Cependant, les plans et les polices d’assurance qui sont disponibles presque aussi largement que les produits d’épicerie sont si profonds qu’ils conduisent les acheteurs d’assurance à prendre des décisions très élastiques et confuses. Cela conduit finalement les simples d’esprit et les profanes comme vous et moi à faire des erreurs communes lors de l’achat d’une assurance maladie. Croyez-le ou non, l’imprévisibilité de notre monde imparfait a souvent tendance à se révéler coûteuse, surtout dans les cas où l’on n’a pas pris suffisamment de précautions lors de l’achat d’une assurance. Jetons un coup d’œil.

Liste des erreurs courantes lors de la souscription d’une assurance maladie

Maintenant, notez qu’après avoir mentionné l’erreur réelle, j’ai suggéré une solution. De plus, une explication sur le fonctionnement du secteur de l’assurance et certaines de ses pratiques et coutumes courantes ont également été élaborées.

1. La prime et le coût par rapport à la couverture

Une erreur courante dont nous sommes presque tous la proie consiste à considérer le prix total de l’assurance, plutôt que la couverture totale de l’assurance maladie. Ne vous inquiétez pas, c’est simplement la nature humaine et la psychologie à son pire. Ce qui se passe, c’est que nous allons chercher une assurance maladie et que nous tombons sur un courtier qui nous propose une police avec une prime intéressante et un bon calendrier de paiement. Elle s’adapte parfaitement à notre structure de revenus et tout le reste. L’erreur ici est que nous sommes tellement attirés par le schéma de prime lucrative, que nous ne prenons pas en compte les défauts dans la couverture de la politique, et nous finissons par faire un choix significativement mauvais.

  • La vérité : La règle générale est que plus la couverture est bonne, plus la prime est élevée. Or, lorsque vous souscrivez une police dont la prime est faible, elle est bon marché, à presque tous les égards, en vertu du prix comme de la couverture. En fin de compte, l’indemnisation que vous allez obtenir est bien, négligeable.
  • La solution : Afin d’éviter une telle erreur, on peut initier une solution simple. Lorsque vous allez acheter une assurance, vous pouvez simplement jeter un coup d’œil aux  » termes et conditions  » de la police. Celles-ci vous donneront trois informations importantes, à savoir les parties du corps qui sont couvertes par la police, les affections, les maladies, les incidences et les situations à la lumière desquelles la procédure médicale a été lancée, et enfin, les conditions médicales, les affections et les maladies qui sont exclues de la couverture. Dans le cas d’une police « bon marché », vous constaterez que la dernière liste est assez longue.

2. Comparaison de la couverture, de la prime, de la franchise et de l’indemnité en cas de sinistre

.

La deuxième erreur que nous avons tendance à commettre est de ne pas comparer la couverture, la prime, la franchise et l’indemnisation contre le sinistre

La couverture est le montant total de l’assurance.

  • La couverture est le montant total et l’étendue de l’incidence sur laquelle l’indemnisation est payable selon la police.
  • En second lieu, la prime est le paiement (mensuel, trimestriel, semestriel ou annuel) qui est effectué pour maintenir la police en cours et la couverture active.
  • La franchise est une petite partie d’une facture médicale que l’on doit payer avant que le montant restant soit indemnisé (ce chiffre est généralement indiqué en pourcentage dans les conditions générales de la police).
  • La demande d’indemnisation correspond au montant total de la facture médicale moins la franchise.
  • L’indemnité, quant à elle, est le montant total sanctionné du sinistre qui vous est versé par la compagnie.

En clair, lorsqu’on souscrit une police d’assurance, on regarde rarement les proportions de ces cinq aspects et on finit souvent par payer une prime plus élevée pour une couverture bien moindre ou plus étroite. D’autre part, on peut aussi avoir une franchise massive et une indemnisation plutôt faible, ce qui est assez décevant.

  • La vérité : La couverture et la prime ou la franchise et l’indemnisation ne seront jamais égales, encore faut-il qu’elles soient raisonnablement proportionnées.
  • La solution : Lorsque vous souscrivez une police d’assurance, la prime et la franchise ne doivent pas être outrageusement disproportionnées par rapport à l’indemnisation et à la couverture. Si vous trouvez quelque chose d’irrationnel et d’exorbitant, mettez le devis de la police à la poubelle. Vous trouverez bien sûr les pourcentages de franchise, les articles couverts et exclus, les protocoles de réclamation et d’autres détails de ce genre dans les documents de la police.

souscription assurance

3. ne pas tenir compte des maux, maladies, parties du corps et incidences non couverts

Les  » termes et conditions  » et la  » clause de couverture  » indiquent explicitement les choses qui vont être couvertes par la police et celles qui ne le seront pas. Avant de prendre une décision, nous devons parcourir ces articles une centaine de fois et essayer de comprendre la signification essentielle de chaque clause. Nous devons comprendre et accepter la vérité toute crue : il y a plusieurs choses qui ne sont pas couvertes par notre assureur. Par exemple, une compagnie d’assurance couvrira les frais médicaux liés à une fracture osseuse si elle a été causée par un délit de fuite, mais pour une fracture liée à la pratique d’un sport, nous sommes sûrs d’obtenir la réponse suivante : « Vous étiez bien conscient des risques liés à la pratique du football, nous ne pouvons donc pas vous indemniser pour ce sinistre ». Eh bien, cela arrive. Très souvent.

  • La vérité : La compagnie d’assurance n’est pas votre amie, alors lisez les éléments couverts et ceux qui ne l’ont pas été car la frontière entre les deux est très fine et mince.
  • La solution : Assez simple, jetez un coup d’œil aux éléments couverts et non couverts, puis comparez-les à votre style de vie. Si vous jouez au football, alors prenez une police qui couvre les blessures sportives.

4. Ne pas examiner toutes les options possibles

Les deux dernières sont assez stupides, mais oui, nous avons tendance à commettre de telles bévues. Nous avons tendance à rechercher les polices d’assurance dans les listes de produits d’une poignée de fournisseurs. Cela a tendance à être néfaste, car nous finissons souvent par acheter des polices qui ne sont pas faites pour notre proposition. En termes simples, ces polices ne nous conviennent pas.

  • La vérité : Comme la mère est la nécessité de l’invention, il y a forcément une politique qui convient vraiment bien à votre objectif. Tout ce que vous avez à faire est de vous ressaisir et de chasser la bonne, les compagnies font des politiques pour les vendre.
  • La solution : La solution est en fait une phrase de deux mots –  » recherche acharnée  » – et vous obtiendrez celle dont vous avez besoin.

5. Une chronologie déformée et perturbée

Bien que simple, cette erreur est commise même par les actuaires et les propriétaires de compagnies d’assurance. Vous devez planifier correctement votre assurance en fonction de votre âge. Comme vous vieillissez de jour en jour, votre assurance maladie doit également changer à chaque décennie

Il n’y a rien de plus simple.

  • La vérité : En vieillissant, les compagnies d’assurance ont tendance à vous fournir un devis où les  » non couverts  » sont déraisonnablement fréquents. L’assureur juge que vous êtes un client très risqué à assurer.
  • La solution : Planifiez non seulement vos polices d’assurance mais aussi votre service social et votre Assurance santé médicale, car ils accompagneront votre assurance médicale. Faites-les entrer dans une équation jusqu’à ce que vous ayez le sentiment que vos dépenses médicales ont été correctement prises en charge.

Conseils pour tout acheteur d’assurance potentiel

Maintenant, en ce qui concerne l’assurance maladie, je vous recommande d’être votre propre  » actuaire « . Pour une compagnie d’assurance, un actuaire est un professionnel qui calcule certains chiffres, à savoir la couverture totale, le montant total de la police, la ou les franchises, votre prime, votre demande d’indemnisation, l’indemnisation de la demande d’indemnisation, les frais, et ainsi de suite. Maintenant, bien que vous ne pouvez pas contrôler la prime ou l’indemnisation ou même les frais, vous pouvez certainement décider, que ce que vous voulez couvrir avec la politique et le montant total que vous souhaitez payer contre elle. La conclusion est la suivante :.

  • Soyez votre propre actuaire.
  • Décidez de ce que vous voulez couvrir à l’aide de votre police d’assurance.
  • Ne faites pas la chasse à la police dans la brochure d’une compagnie spécifique. Au lieu de cela, décidez de ce que vous voulez couvrir et allez ensuite chasser une police d’assurance maladie dans les brochures d’au moins mille d’entre elles.
  • La police d’assurance maladie est une assurance de base.
  • Enfin, ne fondez pas votre décision sur les prêches et les sermons d’un courtier d’assurance ou d’un agent d’une compagnie spécifique. La moitié d’entre eux sont des inepties. Il ou elle travaille à la commission et représente une seule compagnie. Faites-vous votre propre opinion.
  • Dans l’ensemble, faites la chasse à une police d’assurance comme si vous étiez une dame très au fait de la mode et à la recherche d’une bonne paire de talonsLa police d’assurance n’est pas un produit de luxe.Pour être juste, les erreurs courantes, énumérées ici, sont juste les résultats d’une mauvaise prise de conscience. On n’enseigne pas ce genre de choses à tout le monde au lycée. Les publicités  » nous nous soucions de vous  » des entreprises ne sont pas non plus exactement, complètement  » attentionnées « . Le fait est qu’en évitant les gaffes, non seulement vous économiserez beaucoup d’argent, mais vous aurez aussi la paix mentale. Rappelez-vous qu’une police d’assurance maladie est comme un hamburger – les deux pains du haut et du bas sont vos primes et vos franchises, des morceaux de pain moelleux. La couverture est la laitue, un peu de fibres pour votre estomac. Enfin, la compensation est la belle galette croustillante et juteuse au milieu, arrosée de cornichon.

Comment les compagnies d’assurance automobile déterminent-elles vos taux d’assurance ?

Denis Béraubé

À propos de la carte bancaire de crédit de Virgin Atlantic White

Denis Béraubé

17 trucs et astuces pour économiser lors de vos opérations bancaires ou de vos achats

Denis Béraubé

Laissez une réponse à